Archive | Suivre les découvertes de Virginie RSS feed for this section

It’s raining men !

3 Mar

En 1982, il pleuvait peut-être des hommes outre-atlantique, mais de nos jours dans les campagnes équatoriennes, c’est plutôt une période de sécheresse.

Lors de mes pérégrinations à travers fermes et marchés, je ne vous cache pas que j’ai été étonnée de ne rencontrer quasi exclusivement que des femmes. Interrogées sur le sujet, celles-ci m’expliquent que bien souvent les hommes partent à la ville à la recherche d’un salaire complémentaire.

Aussi, messieurs, ne vous offusquez pas si je ne représente que des paysannes.

paysannes

Champêtre

3 Mar

détail jupe

 

Sans compromettre l’anonymat.

La jupe d’une paysanne.

Un régal visuel.

 

 

Portrait

3 Mar

 

Certains d’entre vous attendent peut-être avec une certaine impatience que je poste des photos d’indiens et d’indiennes vêtus de leur costume traditionnel. Il est vrai qu’ils sont beaux et ont fière allure.

Festivals de couleurs, de motifs et de tissus …  Jupes et corsages brodés, chapeaux de feutre ou panama*, cheveux soigneusement tressés, chaque détail est un délice pour les yeux.

Alors vous risquez d’être désappointés en apprenant que je n’ai nullement l’intention mettre dans mes articles de telles images. Je pense que vous conviendrez tous que diffuser le portrait de personnes sur internet est une chose délicate et je préfère vous envoyer des reflets d’Équateur à travers des dessins.

Ainsi, j’ai l’honneur de vous présenter à la Doña Rosa**, rencontrée au marché San Francisco de Azogues.

Paysanne Cuenca

* Ne t’y trompe pas cher lecteur, le célèbre Panama est bien une fabrication équatorienne, longtemps commercialisé via le canal qui lui donne son nom.

** Il ne s’agit pas de son véritable nom, mais j’ai pu remarquer que le prénom Rosa était extrêmement répandu.

Tout ce beau monde

27 Fév

 

Voici un bref aperçu du petit monde dont j’ai croisé le route en Équateur.

Petitmonde4

Petitmonde7

Petitmonde6

Petitmonde2

Petitmonde8

Pomme, pêche, poire, abricot, y’en a une, y’en a une …

21 Fév

Voici quelques fruits que l’on peut trouver en Équateur. Si certains ne nous sont pas inconnus, comme la papaye ou le fruit de la passion (granadilla), d’autres en revanche sont de nouvelles expériences gustatives. Mais, dans les étals, nous trouvons aussi des fruits beaucoup plus familiers telles la pomme, la poire…

Il me semble que le pois doux, ou huaba, remporte sans conteste le prix de l’étrangeté. La gousse (entre 15 et 30 cm) renferme des graines entourées par une chaire blanche et cotonneuse.

Fruits

Ici Virginie en direct de l’Equateur pour Terre en vue.

30 Jan

Alors qu’une partie de la France s’apprête à vêtir son manteau blanc – et la famille Martin à enfiler ses chandails de laine – je profite de l’hiver Equatorien.

« ¡ Hace frío esta mañana ! » (Il fait froid ce matin !)

Je vous vois, sous le ciel gris, dans le vent glacé, trempés par la pluie.

Aaaah… oui il fait froid, ici, dans la Sierra du Nord. Les 15 degrés peuvent paraître un peu juste lorsqu’on n’a pas de manteau. Mais à partir de 8 heures, je sais que le soleil ne manquera pas de venir réchauffer l’atmosphère et que le ciel sera si lumineux que tous, nous plisserons les yeux pour mieux voir.

Mais au fait où suis-je exactement ?

En ce moment je vagabonde entre les provinces d’Imbabura et de Carchi. Attention, je n’erre pas sans but. Je me rends dans des communautés, dors chez des paysans et vais au marché des petits producteurs locaux.

 Car, je m’intéresse au projet des Ferias Solidarias soutenu par AVSF. En partenariat avec des associations locales, des marchés dédiés à la vente directe ont vu le jour à Ibarra, Pimampiro et San Gabriel. L’objectif est notamment de soutenir les petits producteurs en leurs assurant des débouchés, des prix fixés en fonction des coûts de production, une reconnaissance… Et bien sûr de proposer aux consommateurs des produits sains et diversifiés.

Je pourrais vous en dire long, mais … chut … je laisse le meilleur pour les vidéos à venir.

Si vraiment vous voulez rassasier votre curiosité (et que vous parlez espagnol) http://www.mercadoscampesinos.com/ecuador

Nouveau départ

10 Jan
En route pour l'Equateur

En route pour l’Équateur

Dimanche 13 janvier, Virginie s’envolera vers l’Équateur. Elle sera accueillie par l’association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) et s’intéressera au projet Mercados Campesinos.

Un peu de patience, vous aurez bientôt de ses nouvelles.

A l’Est, l’Eden

16 Déc

Quatre Français à Rabat, un taxi pour Al Arjaat, une route dans la forêt de la Maâmora. C’est ainsi que notre histoire commence.

Près de la mosquée de Al Arjaat, nous rejoignons Radouane le cœur léger et le porte monnaie allégé. Radouane nous emmène voir sa ferme en agroécologie. Après quelques minutes de marche, il nous arrête devant un champ. Son frère Ahmed est en train de labourer à l’aide de ses deux ânes.

Frère de Radouane au travail

Ahmed, le frère de Radouane, au travail

Radouane profite de cette pause au soleil pour nous expliquer que sa production est vendue via les paniers de l’AMAP Swani Tiqa. Après avoir passé une haie de figuiers de Barbarie, nous arrivons chez lui. Il partage sa maison avec sa famille. Cela correspond à quatre foyers. Après avoir salué nos hôtes, nous allons près de serres pour tourner notre interview. Nous profitons ensuite de quelques instants libres pour lui prêter main forte dans le désherbage des carottes.

diane et virginie désherbage

Nous désherbons les carottes

Le second frère de Radouane

Le second frère de Radouane

Vient le moment du repas. Nous partageons le tajine de poulet aux olives, puis Radouane tient à nous faire découvrir le couscous de maïs préparé par sa mère. C’est délectable. Tous ces produits viennent de sa ferme. Un dernier thé à la menthe, échange de contacts et arrive le moment des embrassades et des adieux.Temps pour nous d’aller vers une nouvelle rencontre : Zineb.

Elle nous emmène vers son jardin d’Eden. A l’Est de Rabat, son jardin en permaculture abrite une myriade d’espèces : entre arbres fruitiers, légumes et oiseaux. Des oliviers, poiriers, arganiers, citronniers et autres agrumes habillent le coteau. A ses pieds, court un ruisseau ombragé par des figuiers sauvages, eucalyptus et peupliers.

corridor oiseaux

Le ruisseau

oranger

Un oranger du jardin

Au fil de l’après-midi, Zineb nous fait parcourir son jardin et nous sommes époustouflés par la Baraka qui se dégage de l’endroit. Zineb nous montre aussi sa banque de graines : années après années, elle récolte avec soin chacune des semences de ses plantes endémiques du Maroc. Elle met en place des échanges de graines avec les paysans alentours.

citron goutte

Un citron du jardin de Zineb

graines

Des graines pour des semences paysannes

A l’heure de goûter, autour du thé à la menthe, nous décidons finalement de passer la nuit ici afin de profiter de l’harmonie de ce lieu. Nous repartons le lendemain matin, après avoir partagé un petit déjeuner fait de dattes, de figues, de harsha trempé dans l’huile d’olive et le miel et agrémenté d’une bouillie de céréales.

Ecoutez cette histoire …

27 Nov

L’âne Flonflon

Voici l’âne qui rend de nombreux services sur le terrain de la ferme. Je l’ai baptisé Flonflon car son nom marocain m’échappe.

Le club des 6 fonde une AMAP

27 Nov

La ferme pédagogique de Dar Bouazza se situe le long d’une piste de poussière ocre. En la suivant vers la route principale, comme lorsque l’on se rend à l’épicerie, nous pouvons surprendre des brides de conversation. A mieux tendre l’oreille, il s’agit d’un groupe d’hommes parlant marocain. Là ! Sur la droite ! Suivons ce petit chemin.

Nous voici sur une  placette de terre battue, entre deux baraquements. A l’ombre des eucalyptus, six agriculteurs en agroéologie y rassemblent leurs productions.Ils se sont associés en AMAP et chaque semaine ils se réunissent ainsi afin de constituer les paniers.

Pommes de terre,  radis, aubergines, navets et tous leurs petits amis sont pesés avec soin puis répartis en paniers. Bien garnis ceux-ci pèsent environ 15 kg et, bien sûr, leur composition change en fonction des saisons.

Oups !

Oups !